Chez les Mauves, Beric ne voit pas la vie en rose...

Robert Beric ne vit pas des débuts rêvés à Anderlecht...
Robert Beric ne vit pas des débuts rêvés à Anderlecht...

Prêté par l'AS Saint-Etienne, Robert Beric n'a pas réussi à convaincre les trois entraîneurs qui se sont succédés à Anderlecht.

Les joueurs du Paris St-Germain vont retrouver Robert Beric, ce soir, en allant défier Anderlecht en Ligue des Champions. Il y a un peu plus d'un an, l'attaquant slovène, qui évoluait encore à St-Etienne, avait égalisé dans les dernières secondes d'un match qui avait pointé, déjà, les faiblesses d'un club parisien finalement déchu par l'AS Monaco en fin de saison. Heureusement, pourront se dire les hommes d'Unai Emery, Beric n'a que peu de chances d'apparaître sur la pelouse du stade Constant Vanden Stock. Une constante depuis son arrivée chez les Mauves, fin août.

Barré par la concurrence de Lukasz Teodorczyk, l'attaquant de 26 ans n'a disputé, en tout et pour tout, que dix-sept minutes sous ses nouvelles couleurs, compilées sur ses entrées en jeu contre Kortrijk (2-2) et Waasland-Beveren (2-1) en championnat. Deux matchs entrecoupés du licenciement de l'entraîneur René Weiler, mais ni l'intérim de Nicolas Frutos, ni l'arrivée de Hein Vanhaezebrouck n'ont permis à Beric, pourtant décrit comme intéressant aux entraînements par la presse locale, de récupérer davantage de temps de jeu. De là à parler d'échec, il y a un pas difficile à franchir après seulement deux mois, mais les champions de Belgique en titre espéraient certainement une adaptation plus rapide de leur nouvelle recrue. Les Verts, aussi...

Un nouveau départ cet hiver ?

Prêté sans option d'achat, Beric reviendra sous la propriété de l'ASSE en juin 2018, mais avec seulement un an de contrat restant. Le voir revenir dans cette situation contractuelle et avec une nouvelle saison blanche derrière lui (il a mis plus d'un an à se remettre d'une grave blessure au genou, fin 2015) s'apparenterait à un véritable casse-tête pour les dirigeants Stéphanois, qui pourraient alors décider de mettre un terme à son prêt dès l'hiver prochain. Ils en avaient fait de même avec Jonathan Bamba, prêté à Saint-Trond (Belgique) sur la première partie de saison et à Angers sur la deuxième. Le jeune attaquant Stéphanois s'était alors révélé dans l'Anjou, avant de s'imposer comme un titulaire sous les ordres d'Oscar Garcia en début de saison. Robert Beric n'en demande pas moins. Mais il en est encore loin...


Réagissez à l'article "Chez les Mauves, Beric ne voit pas la vie en rose..."