Caïazzo dresse son bilan du mercato... et glisse un tacle à la cellule de recrutement


Bernard Caïazzo et l'ASSE ont changé de cap cet été.
Bernard Caïazzo et l'ASSE ont changé de cap cet été.

Très animé dans les deux sens, le mercato de l'ASSE devrait lui permettre de nourrir de grandes ambitions pour cette saison 2018-2019. C'est en tout cas l'avis de son président Bernard Caïazzo, même si ce dernier émet quelques réserves sur sa cellule de recrutement...

Quatorze départs pour cinq arrivées, c'est le bilan provisoire de l'AS St-Etienne sur ce mercato estival (en comptant les prêts et les retours de prêts). Pas besoin d'avoir fait Maths Sup pour se rendre compte que l'effectif de Jean-Louis Gasset s'est appauvri quantitativement, même si quelques jeunes (Petrot, Camara, Chambost, Gueye...) sont venus le garnir au fil de la préparation estivale et pourraient avoir leur mot à dire dans la rotation de l'entraîneur Stéphanois, cette saison. Mais il convient aussi de noter que les Verts ont su garder leurs meilleurs éléments, en prolongeant les contrats de Mathieu Debuchy et Yann M'Vila, qui s'arrêtaient respectivement en juin 2018 et juin 2019, sans s'interdire de recruter des joueurs d'expérience comme Timothée Kolodziejczak ou Wahbi Khazri, en attendant Rémy Cabella.

Autant d'efforts que Bernard Caïazzo a tenu à souligner, hier, dans une interview avec France Bleu Loire St-Etienne. "L'AS Saint-Etienne n'a jamais eu une masse salariale si élevée, pareil pour le budget (74 millions d'euros), le 6e du championnat", se félicite le président du conseil de surveillance de l'ASSE. "Je pense qu'on peut finir européens. On a recruté des joueurs d'expérience avec des salaires importants et mis fin au salary cap (il était autrefois fixé à 100 000 euros mensuels, ndlr). Et puis, on mise sur les jeunes du centre de formation. On a un budget à la hauteur de Bordeaux ou Nice."

La cellule de recrutement en prend pour son grade

Si le fait d'avoir desserré les cordons de la bourse a permis au club ligérien de faire venir, puis conserver quelques joueurs réputés, Caïazzo regrette que sa cellule de recrutement ne parvienne pas à dénicher des éléments prometteurs, susceptibles d'évoluer sous le maillot Vert. "Quand je vois le jeune Ibrahima Sissoko à Strasbourg, je me pose des questions sur notre recrutement. Comment peut-on passer à coté de joueurs pareils ? Boulaya à Metz, Sissoko, le jeune Thuram de Guingamp. Ces joueurs en plus ne coûtent pas grand chose. On doit s'améliorer sérieusement", lance le dirigeant Stéphanois. "Beaucoup de joueurs de Ligue 2 se montrent performants en Ligue 1. On n'est pas assez observateur et il y a des bons coups à faire." C'est dit !

Réagissez à l'article "Caïazzo dresse son bilan du mercato... et glisse un tacle à la cellule de recrutement"