Critiqué par la presse, Ole Selnaes répond

Ole Selnaes, le milieu de terrain défensif de l'ASSE.
Ole Selnaes, le milieu de terrain défensif de l'ASSE.

Dans sa dernière édition, le quotidien norvégien Verdens Gang s'est fendu d'un long article sur Ole Selnaes (23 ans), le milieu de terrain défensif des Verts de Saint-Etienne. La publication a notamment demandé l'avis de Bernard Lions, journaliste pour L'Equipe et spécialiste du club ligérien, qui n'a pas été tendre avec l'international norvégien

"S’il ne rectifie pas le tir, il retournera en Norvège et fera une carrière médiocre. Il n’est pas assez costaud, pas assez bon dans le duel, pas assez agressif. Trop inconsistant, tout simplement. Il est trop lent, à la fois physiquement et dans les décisions sur le terrain. C’est aussi un mauvais perdant. Quand il perd sa place dans l’équipe, il se sent offensé. Il est trop mauvais pour faire face à l’adversité. Au lieu de riposter et de se battre, il a tendance à baisser les bras et à se morfondre sur le banc. C’est tout simplement inacceptable. Il a sans doute des qualités techniques. Mais il doit réaliser qu’il ne joue plus dans un fauteuil comme il le faisait en Norvège. Il doit comprendre qu’il est dans un grand club. La critique fait partie du travail. Il doit l’utiliser pour évoluer. Il doit vraiment faire attention à lui maintenant. La dernière année, il n’a pas progressé. C’est un vrai problème pour le club comme pour lui. C’est devenu une énorme déception", explique le journaliste du quotidien sportif.

Des propos, virulents, qui sont rapidement arrivés aux oreilles du principal intéressé. L'ancien joueur de Rosenborg (7 matches en Ligue 1 cette saison) ne s'est pas démonté et s'est offert un droit de réponse, sans langue de bois : "Je me fous vraiment de ce qu’il raconte. Il s’exprime sans regarder ma situation dans le club et sans savoir pourquoi je ne suis pas heureux ou je ne peux pas jouer à tout moment. Il se prononce sans connaître les tenants et les aboutissants. Il balance des bombes mais je suis habitué à ça. Neuf journalistes sur dix tirent au sort et écrivent à l’aveugle. C’est juste ça. Beaucoup vivent pour faire la une des journaux, et ensuite ça éclate souvent. C’est quelque chose que les footballeurs connaissent très bien", analyse le numéro 17 de l'ASSE, et de conclure : "Je ne gaspille pas d’énergie avec ça."


Réagissez à l'article "Critiqué par la presse, Ole Selnaes répond"