ASSE

L'hypothèse d'un nouvel investisseur fait son retour...

Commentaire(s)
Bernard Caïazzo cherche à s'entourer d'un nouvel investisseur à l'ASSE.
Bernard Caïazzo cherche à s'entourer d'un nouvel investisseur à l'ASSE.

Bernard Caïazzo, qui avait tenté de vendre ses parts l'année dernière, souhaiterait s'entourer d'un nouvel investisseur à l'ASSE et aurait déjà sondé plusieurs candidats. Roland Romeyer, co-président avec lui depuis le milieu des années 2000, ne serait pas emballé par cette idée.

Il y a bientôt un an, en mai 2018, Bernard Caïazzo et Roland Romeyer entraient en discussions avec PEAK6, un fonds d'investissement intéressé par le rachat de l'AS St-Etienne. Quelques jours plus tard, les deux co-présidents du club forézien mettaient fin à ces négociations, dissuadés par "leur sentiment (...) que les valeurs historiques de l'ASSE n'ont pas été respectées" et le fait que "les investissements prévus par Peak6 dans le club ne correspondent pas aux engagements pris de faire de l'ASSE un club pérenne et ambitieux".

Même si la gestion du club a été confiée à Frédéric Paquet, devenu directeur général du club en janvier 2018, Romeyer et Caïazzo sont donc finalement restés dans le capital et détiennent toujours, à eux deux, 88% des parts de l'ASSE. Mais d'après L'Equipe, Bernard Caïazzo a toujours l'ambition de trouver un nouvel investisseur, qui viendrait le rejoindre dans un triumvirat avec Romeyer. Trois candidats seraient déjà entrés en discussions : un américain, un anglais et un émirien.

Caïazzo déjuge Paquet... et lui dit sans le vouloir

L'entrée de ce potentiel investisseur dans le capital des Verts pourrait intervenir dès le mois de mai. Il ne serait pas pour ravir Roland Romeyer, dont le pouvoir de décision serait mathématiquement affaibli par l'arrivée d'un nouveau collaborateur choisi par Caïazzo. Ce dernier, peut-être dans l'intention de préparer le terrain, tenterait d'ailleurs en coulisses de se séparer de Frédéric Paquet, proche de Romeyer.

Pour ce faire, toujours d'après le quotidien, le président du conseil de surveillance aurait envoyé un SMS à Jean-Marc Barsotti, président de l'association (qui détient 12% du club), pour lui expliquer la nécessité de remettre en cause le DG actuel à l'occasion d'une réunion du conseil de surveillance, qui s'est tenue le 17 janvier dernier. Maladroit, il aurait envoyé ce message... à Paquet lui-même. Pas de quoi fluidifier les relations dans les hautes sphères de l'ASSE, ni faciliter un contexte qu'un potentiel nouvel investisseur aurait bien du mal à appréhender...