Les jeunes Verts ne sont pas encore mûrs...


William Saliba incarne une génération qui devrait enfin permettre à l'ASSE de faire confiance à ses jeunes.
William Saliba incarne une génération qui devrait enfin permettre à l'ASSE de faire confiance à ses jeunes.

Le centre de formation de l'ASSE, qui n'a pas produit énormément de joueurs confirmés ces dernières années, voit éclore plusieurs éléments prometteurs, qui s'imposent déjà dans les sélections de jeunes en équipe de France... avant de taper à la porte des pros chez les Verts ?

À 19h ce vendredi, l'équipe de France U18 affronte l'Ecosse, en amical. Le groupe tricolore, composé par le sélectionneur Jean-Luc Vannuchi, comporte quatre Stéphanois, dont deux font partie des cadres : Bilal Benkhedim, élu meilleur joueur du tournoi international de Limoges le mois dernier, et William Saliba, capitaine des Bleuets déjà apparu à deux reprises avec les pros de l'ASSE cette saison. Tous deux âgés de 17 ans, ils font partie, avec Stefan Bajic (également convoqué en EdF U18) ou encore Charles Abi (18 ans), d'une nouvelle génération de talents émergents à l'Etrat, le centre de formation des Verts, qui n'avait plus sorti de tels potentiels depuis un bon moment.

Ces dernières années, le club du Forez a préféré miser sur des joueurs expérimentés du championnat de France et cette stratégie a atteint son paroxysme, cette saison. Selon une étude du CIES, la moyenne d'âge des joueurs utilisés par Jean-Louis Gasset en 2018-2019 est de 28,70 ans, soit la plus élevée en Ligue 1 et la cinquième plus forte en Europe (seuls les effectifs de Watford, de la Juventus, de Parme et du Chievo sont plus vieux). Lors du dernier match (défaite 3-1 à Lille), Saliba était le seul joueur titulaire à avoir moins de 24 ans.

"C'est le choix du résultat immédiat", analyse Elie Baup dans les colonnes du Progrès. "Il n'y a pas de perspective, de projection à court ou à moyen terme. Ça correspond peut-être aussi à l'idée de vente du club, de le revaloriser à travers une qualification en Ligue Europa ou en Ligue des Champions. Le risque, il est de se rater", prévient l'ancien entraîneur des Verts (entre 2004 et 2006). Et les jeunes dans tout ça ? "C'est une stratégie qui ne t'empêche pas d'incorporer des jeunes", poursuit Baup. "Paris le fait bien. Mais il faut qu'ils aient le potentiel." Saliba, Benkhedim, Bajic et consort l'ont. Mais à l'exception du premier, les jeunes Verts ne sont peut-être pas encore assez mûrs...

Réagissez à l'article "Les jeunes Verts ne sont pas encore mûrs..."