ASSE

Puel développe son idée pour la suite du projet stéphanois

Commentaire(s)

Resté silencieux pendant le confinement qu'il a vécu en famille à Monaco, Claude Puel s'est livré au cours d'un entretien pour L'Equipe. Il y évoque longuement sa vision des choses pour la suite du projet stéphanois.

Arrivé sur le banc de l'AS Saint-Etienne en octobre dernier, Claude Puel (58 ans) a connu une première saison difficile dans le Forez, conclue à une très décevante 17ème place suite à l'arrêt prématuré de la saison. Resté silencieux durant toute la période de confinement car il ne voulait pas "participer à la cacophonie ambiante", l'entraîneur stéphanois est finalement sorti de son mutisme pour accorder une interview à L'Equipe. Le technicien français s'est attardé sur la question du projet stéphanois en cette période particulière et après un exercice compliqué.

Dans un premier temps, il a souligné son envie de conserver ses meilleurs éléments, notamment les plus jeunes sur lesquels il compte beaucoup. "C'est avec ce type de joueurs que le club peut continuer à se projeter dans le futur. On fera donc tout pour garder nos meilleurs joueurs. J'ai beaucoup insisté pour prolonger Wesley (il a été prolongé en avril, ndlr) car il me paraît primordial de le voir encore quelques saisons avec son club formateur" a-t-il expliqué, avant de préciser qu'il ne se faisait pas trop d'illusions concernant l'avenir des jeunes joueurs prometteurs. "Après, je ne suis pas naïf. La durée de vie d'un jeune dans un club français n'est pas très importante. Les finances ont été impactées. Les présidents ont fait énormément d'efforts en empruntant. Cette pandémie donne encore plus de cohérence au projet. Le modèle précédent n'est pas tenable. Le cercle n'est plus vertueux."

Puel veut continuer à mettre les jeunes au centre du projet

"Redresser la situation comptable du club sans obérer son futur, c'est le plus dur. Mais c'est aussi hyper motivant" a-t-il aussi fait remarquer. Désireux de ramener le club sur le devant de la scène française, Claude Puel a assuré que "si c'est pour bâtir et développer, Saint-Étienne est le bon club", puis d'enchaîner : "il a un formidable potentiel. Ce n'est pas parce qu'on n'a pas de moyens qu'on ne doit pas être ambitieux. Le court terme est important mais je veux me projeter plus loin et aider ce grand club à se remettre sur de bons rails. C'est un super projet et il le mérite. On a un héritage entre nos mains et il faut en être digne, tout en s'adaptant aux possibilités."

Cette saison, l'ASSE fait partie des clubs français ayant accordé le plus de confiance aux jeunes. Claude Puel en est directement responsable et sa philosophie ne devrait pas changer pour la saison prochaine. "Je suis dans la position d'un bâtisseur d'effectif. Je table sur des jeunes qui ne vont pas représenter un investissement lourd. Yvann Maçon, par exemple, a un potentiel qui peut l'amener à un très haut niveau. À Monaco, j'avais pris Éric Abidal en amateur, à Lyon-Duchère. À Lille, Adil Rami à Fréjus et Aurélien Chedjou" a-t-il rappelé, avant d'émettre un avis personnel sur la signature des contrats professionnels. "À ce propos, je trouve plus sain qu'on soit davantage exigeant dans nos signatures professionnelles. Le modèle ne doit plus être celui qui consiste à faire signer des jeunes pour encadrer la réserve. On doit les former pour jouer en équipe première. Le joueur doit rester au centre du jeu. Ça m'embête que Charles Abi ait été formé ailier gauche alors qu'il a les qualités pour devenir l'avant-centre du futur. On l'a prolongé car on croit en lui mais il a pris du retard. On doit trouver un panachage entre les jeunes et des joueurs matures pour les encadrer."