Coronavirus

Caïazzo estime à un milliard le coût d'une suspension définitive de la saison

Commentaire(s)

Bernard Caïazzo, président du syndicat des clubs Première Ligue, explique pourquoi la suspension définitive de cette saison de Ligue 1 serait une catastrophe économique pour le football français. Il calcule en effet son coût à près d'un milliard d'euros.

Le football français a rarement affiché autant d'unité qu'au coeur de cette crise du coronavirus. Ligue, fédération, syndicats de joueurs et de clubs, tous sont au diapason et tournés vers un objectif commun : terminer la saison de Ligue 1. "Il y a une unité nationale entre toutes les entités pour sauver le foot français", assure dans une joie toute relative Bernard Caïazzo, président du syndicat Première Ligue (et de l'AS St-Etienne) dans les colonnes du Parisien.

Idéalement, les hautes sphères du football français souhaitent boucler la saison avant le 30 juin, comme l'a préconisé l'UEFA. Mais l'hypothèse d'une prolongation en juillet, voire au-delà, existe. "Soit on arrive à tout finir avant le 30 juin, soit on continue en juillet, août ou même septembre, en débordant sur la prochaine saison", imagine Caïazzo. "La priorité, c'est de terminer la saison. Pour le reste, on trouvera des solutions."

Si le football français se démène pour éviter une suspension définitive de la saison, c'est aussi bien pour les questions qu'elle engendrerait au niveau sportif (à qui attribuer le titre de champion ? Qui qualifier pour les prochaines compétitions européennes ? Comment gérer les descentes/montées avec la L2 ?) que pour le coût financier qu'elle représenterait. Bernard Caïazzo l'estime à près d'un milliard d'euros !

De grosses pertes à prévoir sur le mercato

"Il y aurait des conséquences désastreuses, avec des pertes financières estimées aujourd'hui à 500 millions d'euros", souligne d'abord le président des Verts, évoquant probablement le manque à gagner en billetterie, en sponsoring voire en merchandising. Des pertes qui ne seront pas comblées par le passage en chômage partiel de la plupart des clubs, qui ne sert selon lui qu'à "gagner un peu de temps". Concernant les droits TV, il assure en tout cas faire confiance aux diffuseurs (BeIN et Canal), qui doivent encore régler un montant de 300 M€ avant la fin de saison.

Et puis, selon lui, une deuxième "vague" de pertes, inhérente au mercato, doit être anticipée. "Et une deuxième vague de 400 millions d'euros de manque à gagner à prévoir sur le mercato car la France est un pays formateur, qui a besoin de vendre pour équilibrer ses comptes. Mais comme les autres championnats, comme l'Angleterre, vont également être fortement impactés, ils seront forcément moins acheteurs", explique Caïazzo. "Au total, le football français pourrait se retrouver avec près d'un milliard de pertes. On pourrait vite se retrouver en situation de banqueroute." On comprend mieux pourquoi la clôture de cette saison de Ligue 1 est vitale pour le football professionnel français.