Mercato

Le coup de pression de Romeyer sur Zamalek dans le dossier Mohamed

Commentaire(s)

Depuis plusieurs jours, et même semaines, l'AS Saint-Etienne négocie avec la formation égyptienne de Zamalek pour boucler le transfert de Mostafa Mohamed, jeune et prometteur attaquant de 23 ans. Alors que les négociations bloquent depuis quelques heures, Roland Romeyer, le président du directoire du club ligérien, est sorti de son silence. Sur la chaîne égyptienne Al-Nahar, le dirigeant forézien a mis la pression sur les dirigeants de Zamalek, fixant un ultimatum à ses homologues et promettant de dévoiler les noms des personnes qui ont voulu "corrompre ce transfert" si ce dernier ne se fait pas.

"Nous avons effectué une ultime proposition. Parce que deux dirigeants de Zamalek lors de notre proposition à 4.5M$, nous ont expliqué que si nous passions à 5M$ plus les bonus, le deal serait finalement conclu. Nous avons donc confirmé depuis par écrit un paiement de 5M$, paiement en deux échéances, sur un an. 3M$ à la délivrance du certificat et 2M$ en février 2022. Plus des bonus, qualification en Ligue des champions = 500 000$, qualification en Ligue Europa = 300 000$, si le joueur marque 10 buts = 100 000$, si il marque 15 buts = 150 000$, s'il marque 20 buts = 200 000$. On signerait un contrat de quatre ans et demi avec le joueur. Ce qui veut dire, qu'avec les bonus, Zamalek peut toucher plus de 8M€ et de surcroît, lorsqu'on le vendra, ils auront 20% sur le montant de la plus-value du transfert et nous nous engageons également à ne pas revendre le joueur à un club égyptien à l'exception de Zamalek", a expliqué Roland Romeyer.

"Nous avons fait cette dernière offre pour que sous 24 heures ou 48 heures il soit chez nous, sinon on passe à autre chose. Le mercato avance et ça fait plus de 15 jours que nous discutons. Ça a été très compliqué pour avoir des réponses. Le montant que nous avons proposé avec les bonus est un montant exceptionnel. On fait un très très gros effort", a ajouté le dirigeant ligérien, et de terminer son intervention par un sérieux coup de pression au club égyptien : "Les négociations sont longues, parce que soit nous n'avons pas de réponse, soit certaines personnes cherchent à toucher des commissions. C'est ce qui a retardé les échanges. Si le transfert ne se fait pas, je donnerais des noms, de gens qui sont intervenus pour toucher de l'argent sur ce transfert".