ASSE

Galtier s'interroge sur son avenir

Commentaire(s)

Sous contrat avec l'ASSE jusqu'en juin 2018, Christophe Galtier va-t-il poursuivre l'aventure dans le Forez ? Dans un entretien pour la Gazzetta dello Sport, l'entraîneur stéphanois s'estime être "prêt pour un défi dans un grand championnat" et se demande s'il n'a pas déjà "tout donné" chez les Verts.

Samedi soir, face à Lille, Christophe Galtier va boucler sa septième saison sur le banc de l'AS Saint-Etienne. Aucun autre entraîneur en activité n'a fait mieux en Ligue 1. Seul Arsène Wenger, à Arsenal, fait mieux parmi les grands championnats européens. Une longévité qui impressionne. Mais qui interroge. Malgré la défaite à Nice, samedi dernier (0-2), les Verts se retrouvent tout de même en position d'accrocher une nouvelle qualification pour la Ligue Europa. Les coéquipiers de Stéphane Ruffier sont, en tout cas, cinquièmes avant cette 38e journée. Une place qu'ils occupaient déjà en fin de saison dernière.

Alors le club stéphanois a-t-il les moyens de progresser ? Se donne-t-il les moyens de le faire ? Christophe Galtier en doute. C'est, en tout cas, ce qui ressort de son entretien accordée à la Gazzetta dello Sport. Dans cette interview à paraître mardi, l'entraîneur stéphanois évoque ses envies d'ailleurs. "Il faut toujours aspirer à faire plus mais à presque 50 ans, je me dis que j'ai aussi choisi de faire ce métier pour connaître de nouveaux pays et vivre de nouvelles expériences", lance-t-il.

Galtier : "La Serie A est un grand championnat"

"Je suis prêt pour un défi dans un grand Championnat et pour lutter pour les premières places, ajoute Galtier dans les colonnes du quotidien italien. (...) La Serie A est un grand championnat et je parle déjà un peu la langue (notamment après son passage d'une saison, à Monza, en Serie B, en 1997-98, ndlr). Mais j'évaluerai aussi avec attention des offres d'Espagne, d'Allemagne ou d'Angleterre".

En attendant de voir les offres qu'il recevra dans les prochaines semaines, Christophe Galtier s'est aussi penché sur sa situation actuelle dans le Forez. "Je me demande si après sept ans, je n'ai pas déjà tout donné et je me dis que dans ces conditions, peut-être que je ne serais pas en mesure de faire monter l'équipe plus haut". Récemment, le président du conseil de surveillance, Bernard Caïazzo, avait pourtant assuré que Galtier resterait à l'issue de la saison.

"Il n'arrive pas en fin de cycle chez nous, avait-il martelé. Les coaches Français à l'étranger ne font pas tellement recette. Christophe l'a compris. Il est également conscient que Saint-Etienne possède encore des sources d'amélioration, comme dans le recrutement et la formation. Le grand patron du recrutement, c'est lui. Mais il faut élargir ses compétences et lui donner la responsabilité du centre". Des déclarations qui, désormais, interrogent. De quelles "conditions" parle Galtier alors que son président annonce vouloir lui donner les pleins pouvoirs sportifs ? Caïazzo a également annoncé qu'une réunion avec son entraîneur est prévue dès lundi prochain. Elle promet, finalement, d'être animée.