ASSE

Que peut-on espérer de la vente de l'AS Saint-Étienne ?

Commentaire(s)

Depuis un peu plus d'une semaine, L'AS Saint-Etienne est en vente, et le moins que l'on puisse dire, c'est que cela fait couler beaucoup d'encre dans le monde du football français. Dans un contexte mêlant les déboires de Mediapro et de son accord se comptant en milliards pour les droits télévisuels, à la situation économique mondiale difficile, la vente s'annonce pleine de rebondissements. Malgré le contexte, une grande partie des supporters semble satisfaite de cette annonce, lassée d'une direction peu ambitieuse et de propriétaires ne pouvant maintenir le niveau du club en cette période de crise.

Mais plus que s’intéresser à la vente en elle-même, nous allons explorer les pistes possibles d'un renouveau pour l’un des clubs qui restent un mastodonte de l'histoire du football français.

Le “trading” représente-t-il l’avenir ?

Dans le cas d'une vente rapide avant la fin de la saison, c'est l'été qui permettra d'observer les intentions de la nouvelle cellule de recrutement. En effet, une véritable partie de poker va se jouer sur la table des négociations pour la vente, mais également pour le mercato d'été dans ce cas précis. Les nouveaux propriétaires vont devoir user de stratégies et d'excellentes connaissances du football afin d'abattre leurs meilleures cartes. Alors, comment recruter ? Faut-il miser sur une jeunesse pour qu'elle se développe en centre de formation ou en équipe, et ainsi permettre ainsi l'éclosion de stars qui pourront être vendues pour une belle somme ? Si le club a pu s'octroyer d'excellentes plus-values, avec Zouma, Aubameyang, ou plus récemment Fofana, cette stratégie de plus en plus en vogue, surfe sur une rentabilité économique, loin du projet sportif à proprement parler. Or, Saint-Etienne possède une force que les autres clubs n'ont pas, une force qui ne peut s'exprimer en ce moment, mais qui reste et restera l’un des pans de la légende du club dans le monde : ses supporters.

Un club pas comme les autres

Si les nouveaux propriétaires décident de prendre connaissance du contexte particulier de cette ville et de ce club mythique, alors on peut espérer une autre direction sportive, d'autres ambitions, et peut-être la construction d'un véritable nouveau souffle. Un entraîneur avec une vision, qu'il soit connu ou pas, à l'image d'un Julian Nagelsmann, inconnu il y a quelques années et qui a imposé sa patte, pourrait être le moteur de cette nouvelle ère. Un recrutement malin aussi, avec notamment une cellule qui s'attarde sur les joueurs en fin de contrat ou fait des paris sur des jeunes pousses venues de pays lointains. De plus, un équilibrage de l'effectif avec la venue de joueurs expérimentés de Ligue 1 pourrait aussi rééquilibrer un effectif comptant parmi les plus jeunes du championnat français. La possibilité de ne pas vendre les jeunes talents pourrait aussi renforcer l'équipe à moindre coût. Ne pas vendre, c'est aussi permettre une certaine continuité dans le chamboulement qui se prépare.

Si pour le moment, les supporters et amoureux du club restent dans l'inconnu le plus total, on peut raisonnablement miser sur le fait qu'aucun groupe ne voudra investir des milliards dans le club, à l'image d'un Paris-Saint-Germain, ou des rumeurs de vente XXL de l'Olympique de Marseille. Mais avec ce savoir-faire centenaire, le centre sportif Robert-Herbin et les spécialistes qui y travaillent, on peut tout de même espérer avoir une équipe compétitive assez rapidement.

Deux chemins pour un objectif : le succès

En l'absence de la possibilité d'offrir les galactiques des années 70 aux Stéphanois, il reste donc deux possibilités de développement probables. Tout d’abord, comme nous l’avons précédemment cité, le "trading" qui consiste donc en l'achat de jeunes joueurs en espérant que leur cote grimpera, et ainsi engranger des bénéfices sans toutefois pouvoir retenir ses meilleurs éléments. Une autre possibilité consiste en un projet sportif s'inscrivant sur le long terme, avec la remise à plat d'un système de jeu, de l'organigramme du club et de l'organisation en général.

L'AS Saint-Etienne mérite d'être une équipe qui compte au niveau européen, à cause de son histoire glorieuse, mais aussi pour son public unique ! Et il n'est pas à douter que le chaudron sera au rendez-vous pour supporter une équipe qu’il estimera digne du club. La recette d'un stade mythique, d'un public unique, et d'un club légendaire peut donc faire mouche pour des futurs investisseurs qui ne voudront pas seulement la rentabilité du club sans projet sportif. C'est un échange gagnant-gagnant, car, en remettant l'équipe dans la course pour la Ligue Europa, les nouveaux propriétaires s'assureront une rentabilité, ou du moins une belle assise, malgré les difficultés de la scène économique mondiale.