ASSE

Un mercato pas comme les autres

Charles Roger

Il y a les clubs aux moyens illimités qui recrutent des stars à tout-va (le PSG), il y a les clubs en difficulté financière qui doivent absolument dégraisser avant de pouvoir recruter (Lyon ou Lille), il y a les nouveaux riches qui tentent de recréer un nouvel effectif de toutes pièces (Marseille ou Nice), il y a les clubs promus qui tentent divers coups (Troyes), il y a les clubs qui retouchent leur effectif légèrement (Rennes ou Montpellier), et puis il y a l’AS Saint-Etienne. Jusqu’aux dernières heures du mercato, l’ASSE était le seul club en Europe à n’avoir enregistré aucune arrivée, et il aura fallu attendre la dernière demi-heure du dernier jour du marché des transferts pour voir les Verts réussir à ne pas faire chou blanc en annonçant l’arrivée en prêt de l’attaquant uruguayen Ignacio Ramirez.

Terriblement orphelin d’un attaquant de pointe depuis le départ de Robert Beric pour la MLS, en Janvier 2020, Saint-Etienne avait fait de l’arrivée d’un pur numéro 9 sa priorité lors de ce mercato d’été. Mais les dirigeants des Verts avaient annoncé la couleur très vite, ce sera un marché d’opportunités et il faudra être patient avant de voir arriver un attaquant dans le Forez. Il était toutefois difficile d’imaginer qu’il allait falloir attendre les 30 dernières minutes d’un marché qui aura duré 2 mois pour enfin voir une recrue. Et c’est donc un illustre inconnu en Europe, Ignacio Ramirez qui est l’heureux élu. Doté de statistiques plutôt flatteuses dans le championnat uruguayen, il ne reste plus qu’à prier que celui-ci saura vite s’adapter au championnat français, bien plus exigeant, et que Ramirez se révèlera être un nouvel Alex Dias et non un nouveau Gonzalo Bergessio. On ne sait pas encore si l'Uruguayen sera prêt pour la reprise et le déplacement à Montpellier mais on l'espère, car avec une cote à 2,90 pour une victoire stéphanoise contre 2,22 pour un succès montpelliérain, il y aura peut-être un joli coup à faire pour les Verts.

Avant cette arrivée in extremis, le mercato stéphanois avait été d’un terrible calme plat. Tout s’était joué début Juin avec les fins de prêt d’Anthony Modeste, Panagiotis Retsos et Pape Cissé et les fins de contrat de Kévin Monnet-Paquet, Rayan Souici et Mathieu Debuchy. On pensait qu’un autre joueur expérimenté allait suivre le mouvement mais, finalement, Romain Hamouma a prolongé chez les Verts alors qu’il était tout proche de signer avec Lorient. Cette prolongation a résonné comme une victoire pour les supporters stéphanois et s’apparentait presque comme une recrue, tant le reste du marché fut aphone.

Il ne faut toutefois pas oublier que d’autres joueurs sont aussi revenus à Saint-Etienne, ceux prêtés l’an passé à d’autres clubs. Si Sergi Palencia a été dans la foulée reprêté à Leganés et qu’Alexandos Katranis était en fin de contrat et vient de rebondir en Pologne, Mickaël Nadé devrait avoir du temps de jeu en défense centrale où les places ne sont pas figées, Jean-Phillipe Krasso aura des fins de matchs où il aura des chances de se mettre en valeur et Assane Diousse peut dépanner au milieu en cas de blessure ou suspension. Ce ne sont donc pas là 3 véritables recrues mais ce sont tout de même des joueurs qui n’étaient pas là l’an passé et qui pourraient avoir une certaine influence sur le jeu des Verts cette année. Les autres bonnes nouvelles furent les prolongations de très nombreux jeunes issus du centre de formation, et notamment des plus prometteurs Lucas Gourna et Etienne Green.

Si le mercato des Verts fut très calme dans le sens des arrivées, il le fut presque tout autant dans le sens des départs, ce qui est encore plus étonnant. Le seul mouvement notable avant le dernier jour fut le départ de Jessy Moulin, l’emblématique gardien remplaçant du club au destin contrarié avec les Verts, pour Troyes. Sinon, il fallut attendre encore les dernières heures du 2 Septembre pour enregistrer l’anecdotique départ de Tyrone Tormin pour Niort et le prêt plus important de Charles Abi à Guingamp, prêt permis par l’arrivée sur le fil de Ramirez.

Si certains clubs ont recruté à tour de bras, au risque de perdre du temps en début de saison afin que tout le monde apprenne à se connaître, l’AS Saint-Etienne a fait la stratégie inverse en choisissant la stabilité et la jeunesse, stratégie forcée par les moyens financiers du club toutefois. Seul l’avenir nous dira si ce mercato aphone fut un moindre mal pour les Verts ou s’il fut le début de la fin.